Menu Haut SOS

Le rôle

lundi 07/01/2008

{{La lutte contre les discriminations au cœur du combat antiraciste.}}

L’antiracisme est un combat idéologique qui repose sur des valeurs humanitaires, républicaines, et sociales. SOS Racisme a pour objectif de lutter contre le racisme par la promotion des valeurs de vivre ensemble, d’égalité, de respect dans une société qui est de plus en plus traversée par des clivages sociaux et identitaires. Le passage du « tous ensembles » au « tous contre tous », le communautarisme, les inégalités, et petit à petit les extrémismes gagnent du terrain. Nous opposons au communautarisme et au racisme, le métissage et l’antiracisme.

L’association SOS Racisme, parce qu’elle est porteuse de valeurs fortes, fédère autour d’elle un certain nombre de militants qui refusent d’accepter avec fatalité les problèmes de notre pays.

C’est pourquoi nous avons toujours fait de la lutte contre les discriminations une priorité, car nous pensons que les inégalités entre les individus sont les principales causes de frustration, de repli communautaire et identitaire, de racisme, et de violence. Plus les inégalités sont fortes et plus il est difficile de rassembler les gens autour des valeurs de fraternité, de vivre ensemble, d’égalité et de respect.

{{Stigmatisation, préjugés ; discrimination !}}

Car en effet, le constat est lourd. Les personnes d’origine étrangère (hors union européenne) sont victimes de discrimination à tous les niveaux d’intégration sociale, l’emploi, le logement, et les loisirs. Ces discriminations sont le fait d’individus ayant de préjugés racistes du type : les « noirs » et les « arabes » ne sont pas sérieux donc on préfère ne pas prendre le risque de leur donner un emploi, ou alors ils sont sales et bruyants donc on ne le leur loue pas d’appartements autant qu’ils restent entre eux, on ne les fait pas entrer en boîte parce que ce sont des racailles et des perturbateurs… Bref, autant de préjugés conscients ou inconscients, plus ou moins assumés, qui ont des conséquences graves pour une partie de notre population.

Les personnes d’origine étrangère éprouvent des difficultés pour décrocher un emploi, ils ont 3 à 4 fois moins de chance d’obtenir un entretien d’embauche que les Français d’origine et de nationalité. Et même lorsqu’ils trouvent un emploi, leur progression de carrière est beaucoup plus laborieuse, la sous-représentativité des personnes issues de la diversité en ce qui concerne la direction des entreprises prouve qu’il y a un blocage. Parfois même les diplômés à Bac+5 d’origine étrangère se replient, car il faut bien manger, sur des emplois niveau Bac ou Bac+2.

De même l’accès au logement, public comme privée, souffre de façon très marquée du phénomène de discrimination. La ségrégation du logement témoigne de la discrimination, les personnes d’origine étrangère sont parquées dans de véritables ghettos et lorsqu’ils veulent en sortir ils se retrouvent confrontés à de la discrimination des bailleurs privés, et des offices HLM qui ne leur donnent pas accès à certains logements sociaux. Résultat: ils se retrouvent en majorité dans les tours des cités de banlieue ou alors dans des hôtels vétustes parisiens.

Le meilleur exemple de la discrimination dans l’accès au loisir est celui de la discrimination dans l’accès en boîte de nuit. Les groupes de jeunes « blacks » et « beurs » se font plus souvent recaler des boîtes de nuit, que les groupes de jeunes « blancs ». Parfois même les groupes métissés « blacks » « blancs » « beurs » se font recaler, et lorsqu’ils ne se font pas recaler, c’est parce que les « blancs » font office de caution.

Au vu de tous ces phénomènes de discrimination, SOS Racisme à trouvé un moyen de prouver que ces discriminations sont bien réelles, en organisant des testings. Le testing est une méthode qui consiste à présenter successivement, à l’embauche, au logement, ou à l’entrée d’une discothèque, des personnes d’origines différentes mais ayant le même profil, afin de voir si il y a une dissemblance de traitement entre les candidats.

{{Prévenir, punir et proposer des moyens d’action.}}

Les testings nous on permis de prouver la discrimination que nous constations déjà grâce au signalement des victimes de discrimination et des plaintes qui se sont multipliées.

Notre travail est donc d’accompagner les victimes en les poussant à porter plainte car il ne faut pas tomber dans la fatalité. Des lois existent pour punir la discrimination, il faut s’appuyer sur ces textes pour faire valoir les droits des victimes. Les plaintes pour discrimination se multipliant constituent une jurisprudence précieuse car elle permet de faire gagner de plus en plus de victimes. Les victoires sont possibles, il ne faut donc jamais hésiter à porter plainte car la discrimination est un délit pénal. Il est de notre devoir de le rappeler.

Le travail de prévention passe par des rencontres entre les différents acteurs sociaux et professionnels, par des campagnes de sensibilisation, par des projets concrets.

Par exemple pour lutter contre les discriminations à l’embauche, SOS Racisme a proposé la mise en œuvre du CV anonyme. Grâce au CV anonyme, les candidats auront les mêmes chances de décrocher un entretien d’embauche où ils pourront convaincre et défendre leurs compétences sans rougir de leur identité. Les recruteurs qui plaquent des stéréotypes sur des candidats du seul fait de leurs nom, prénom, nationalité, adresse, sexe ou âge seront confrontés en entretien à des individus dont ils seront obligés d’admettre qu’ils méritent d’être évalués sur leurs seules compétences. Le CV anonyme n’est pas l’aboutissement de la lutte contre la discrimination à l’embauche, c’est un premier pas vers une égalité d’accès à l’emploi sans discrimination. Malheureusement le gouvernement, qui avait pourtant voté l’application de cette mesure, a reculé sur cette proposition en ne sortant pas les décrets d’application.

Pour lutter contre la discrimination dans l’accès au logement, SOS Racisme a proposé ; d’anonymiser les demandes de logement HLM et d’instaurer le critère d’ancienneté; de mettre sous tutelle de l’Etat, avec une participation active des associations antiracistes, tous les offices HLM qui discriminent.

Bien évidement ce ne sont pas les seules propositions pour lutter contre les discriminations et les inégalités, il y en a 60 autres.

Toutes les propositions que nous avons faites respectent le principe d’égalité.

Nous refusons d’apporter des solutions faciles et discriminantes comme la discrimination positive ou le comptage ethnique. Car sous couvert de vouloir lutter contre les discriminations, en réalité ces mesures stigmatisent et enferment les individus dans des catégories ethniques qui ne peuvent pas avoir de sens dans un pays aussi métissé que le nôtre. Une personne qui cherche un emploi doit être embauché parce qu’elle est compétente et non parce qu’elle est noire. Que dira-t-on ? « On a embauché Aminata parce qu’elle est noire, on a eu pitié d’elle » Non ! Lutter contre les discriminations, c’est avant tous rétablir l’égalité de traitement, grâce à des mesures concrètes. Une personne compétente doit être embauchée pour ces capacités, peu importe sa couleur de peau.

Une personne qui a les moyens et la volonté de changer de logement doit pouvoir le faire sans se voir refuser un appartement à cause de ses origines.

Des jeunes qui veulent s’amuser en boîte doivent pouvoir y entrer sans qu’un videur les recale parce qu’ils n’ont pas la bonne couleur.